Le poisson

Grands consommateurs de poissons, les Français en consomment 25Kg par an et par habitant (source Agrimer). En tartare, à la poêle, au four, au barbecue… le poisson se consomme sous différentes formes et reste un aliment de base dans notre alimentation.

Maïa Baudelaire, Nutritionniste et Coach Minceur experte en Micro-Nutrition vous propose quelques conseils pour vous aider à continuer de consommer votre poisson préféré sans pour autant vous ruiner !

 

Le poisson ? Bon pour le cœur, le tonus et la ligne !

Le poisson possède un nombre incroyable de qualités nutritionnelles.

En effet, le poisson est une source naturelle d’acides gras Omégas-3. Ces omégas 3contribuent à rendre le sang plus fluide en diminuant les mauvaises graisses dans le sang et en exerçant un effet protecteur sur le cœur. Plus le poisson est gras, plus il apporte d’Omégas-3. Ainsi, 100 g de raie fournissent 0,15 g d’Omégas-3, alors que 100 g de maquereau en apportent 3 g (source : Nutraqua). La consommation d’une portion de poissons dits « gras » comme le saumon et le maquereau permet de couvrir la totalité des apports nutritionnels conseillés par jour en apportant plus de 2 g d’acide gras Omégas-3.

Beaucoup d’études et d’enquêtes le confirment, un apport régulier en Omégas-3 peut diminuer la survenue de maladies cardio-vasculaires. C’est pourquoi il est conseillé de consommer deux à trois fois par semaine du poisson gras.

De plus, le poisson est une source non négligeable de protéines puisqu’il renferme entre 15 à 24% de protéines. Ainsi 100 g de poisson apportent autant de protéines que 100 g de viande ou de volaille. Outre leur fort taux de présence dans la chair du poisson, celles-ci renferment toutes des acides aminés essentiels, utilisés par l’organisme pour favoriser la croissance et le renouvellement des cellules.

Pour compléter l’action des protéines, le poisson est reconnu pour être riche en vitamines du groupe B, qui stimulent la croissance cellulaire et qui ont des effets bénéfiques sur la mémoire.

Enfin, le poisson est votre allié Minceur puisqu’il est à la fois peu calorique, généralement pauvre en mauvaises graisses et bien pourvu en protéines et en micronutriments utiles.

 

Comment manger du poisson sans se ruiner ?

Difficile de se faire plaisir en s’achetant du poisson sans faire un trou dans votre porte-monnaie.

Voici quelques astuces pour consommer du poisson même en temps de crise :

Les poissons surgelés

Grâce à la congélation, les poissons et crustacés conservent toutes leurs saveurs et leurs qualités nutritionnelles. Donc si vous ne trouvez rien d’intéressant ou si vous estimez que les poissons frais sont trop chers … Rendez-vous dans votre rayon surgelés ou dans un magasin spécialisé dans les produits frais pour vous faire plaisir à prix raisonnable.

Les poissons en conserves

Les poissons en conserves sont tout aussi riches en Omégas-3 et en protéines que leurs voisins les poissons frais. La seule différence est le prix, les poissons en conserves peuvent être jusqu’à 2 fois moins chers. N’hésitez pas à vous faire plaisir avec des maquereauxsardinesharengs et thon en conserves qui sont tout aussi bénéfiques pour la santé que ceux que vous trouvez sur les étalages. Et si les arêtes « molles » vous dérangent … mangez-les ! Elles augmenteront votre consommation de calcium.

Les poissons d’élevage

Si vous souhaitez absolument consommer du poisson frais sans pour autant dépasser votre budget, choisissez le poisson d’élevage. Celui-ci ne connait pas de pénurie car il ne dépend pas directement des conditions climatiques, il reste donc abordable tout au long de l’année. En revanche, essayez tout de même de choisir un poisson respectant les normes Label Rouge et les chartes qualités pour vous assurer de bonnes qualités nutritionnelles.

 

Les conseils de Maïa Baudelaire

Consommez du poisson (frais, surgelé, en conserve) au moins 3 à 4 fois par semaine.
Pour faire ressortir tous les bienfaits du poisson, mon conseil, préparez-le en papillote,
à la vapeur, au four ou grillé… pas de fritures car ce mode de cuisson réduit considérablement l’effet protecteur des Omégas-3 sur la mémoire et en plus c’est plus calorique !

Retrouvez notre recette de Quiche légère au Saumon, Poireaux


banniere-blog-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *