ACTU : Projet Alimentation et Agriculture, qu’avons-nous à la carte ?

Vous en avez peut-être entendu parler aux infos, ou alors comme moi, vous avez reçu une notification « Actu » sur votre smartphone : le projet de Loi Alimentation et Agriculture était passé au peigne fin ces derniers jours à l’Assemblée. La politique ça n’est pas trop votre truc ? A première vue, nous non plus ! Et pourtant, en fouillant un peu, vous pourrez voir que de nombreuses mesures prises à travers ce projet nous concerne. Aujourd’hui, on vous fait donc un petit récap’ pour que vous soyez tenues à jour sans pour autant vous imposer les 25 pages du projet de loi.

Préserver la capacité de production agricole

La chose la plus importante abordée dans ce projet ne nous concerne pas toutes mais demeure tout de même importante.

Des mesures ont en effet été votées dans l’objectif d’assurer un meilleur équilibre entre le secteur agricole et le secteur alimentaire. Désormais, le producteur proposera son prix à l’acheteur, et ça ne sera plus l’inverse !

L’idée est véritablement de valoriser les agriculteurs qui se retrouvent aujourd’hui dans des situations financières compliquées.

Dans le même esprit, et même si c’est un peu malheureux pour nous, finies les super-promos qui cassent les prix, il faudra se contenter du 2 achetés 1 gratuit (il va falloir en manger, des gâteaux … !).

Une meilleure qualité de nos produits

Deuxième point abordé au cours des heures et des heuuuuuures de discussion : le bien être animal et l’utilisation de pesticides.

Que vous soyez végétarien, vegan, ou que vous mangiez de la viande, nous sommes toutes concernées puisque c’est notre santé qui est en jeu. Les députés ont ainsi voté pour une suspension de la mise sur le marché du Dioxyde de titane dont nous parlions dans un précédent article, même si, au grand désespoir des écologistes, l’interdiction du glyphosate, un herbicide potentiellement cancérigène, n’a pas été abordée…

Concernant le bien-être animal, les choses bougent très lentement ! Les sanctions seront désormais doublées en cas de mauvais traitements des animaux, et l’installation de nouveaux élevages de poules pondeuses en cage est interdite. Certains abattoirs volontaires pourront aussi expérimenter la vidéosurveillance, mais ça ne sera pas obligatoire… Enfin, les agriculteurs seront dorénavant sensibilisés au bien-être animal.

Une alimentation plus saine pour tous

En tant que Nutritionnistes, ou même en tant que parents, nous pleurons toujours la qualité des menus dans les cantines. Et il semblerait que les députés nous aient entendus ! D’ici quelques années, 50% des produits utilisés en restauration collective devront être issus de l’agriculture biologique et les contrôles sanitaires seront renforcés.

D’autre part, fini le gaspillage alimentaire dans les restaurants : d’ici 3 ans, on ne pourra plus vous refuser votre DoddyBag quand vous aurez eu les yeux plus gros que le ventre en prenant le fondant au chocolat.

Les bouteilles d’eau en plastique seront aussi interdites dans les écoles.

Enfin, pour plus de transparence, les produits devront obligatoirement indiquer la présence d’OGM, le mode d’élevage, ainsi que les origines (pour le Vin et le Miel notamment).

Dernière petite note qui fera plaisir aux végétariens : on ne parlera plus de « steak » de soja, de « saucisse » végétale, de « lait » d’amande… de telle sorte à bien distinguer produits animaux et végétaux.

Le mot de la fin

Le gouvernement avance… Doucement mais avance ! Nous savons bien que les habitudes alimentaires des Français sont bien ancrées, et qu’il est difficile de satisfaire consommateurs, agriculteurs, industries… Cependant, il faut tout de même souligner qu’il y a du progrès, et que l’on avance dans la bonne direction.

En attendant que toutes ces mesures soient mises en place, et pour soutenir cette démarche, privilégiez au maximum les viandes de qualité et certifiées, ainsi que les fruits et légumes issus de l’agriculture raisonnée.   

 

Constance, Nutritionniste chez Maïa Baudelaire


banniere-blog-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *