Les astuces pour mieux lire une étiquette alimentaire

Il devient difficile de savoir exactement ce que l’on mange ! Bon, pour les produits bruts cela va encore, une pomme est une pomme mais pour tout ce qui est des aliments transformés cela se complique …

Et oui avez-vous déjà essayer de décrypter  l’emballage d’un aliment ? Entre les tables de valeurs nutritionnelles, la liste d’ingrédients, la date limite d’utilisation (DLUO) , et les allégations nutritionnelles qui s’y ajoutent, on ne sait plus où donner de la tête. Certaines informations sont mises en avant et d’autres, écrites en tout petit, s’en font totalement oublier alors qu’elles peuvent être toute aussi importantes. Voici quelques astuces qui devraient vous aider à y voir plus clair.

1. Regarder la longueur de la liste 

Pas besoin d’aller dans le détail, la longueur de la liste est déjà un très bon indicateur de la qualité d’un produit.

Si la liste est courte, on se rapproche du produit original brut. Peu d’artifices ont été rajoutés pour améliorer l’aspect et le goût du produit.

A l’inverse si la liste est longue, généralement cela signifie que le produit est bourré d’ingrédients supplémentaires, des ingrédients que vous ne mettriez pas si la recette était faite maison. Qui sont ces ingrédients ? Du gras, du sucre, des additifs : colorants, arômes, texturants, des conservateurs etc. Ils sont utilisés pour améliorer le goût des produits, la couleur, la texture, et leur conservation.

Si vous hésitez entre deux produits choisissez celui qui a la liste d’ingrédients la plus courte !

2. Le nom des ingrédients

Après avoir analyser la longueur de la liste, penchons-nous sur le contenu ! Il est quand même plus agréable de pouvoir reconnaître les ingrédients qui composent ce que vous allez manger. Orientez-vous davantage vers les produits dont vous comprenez la dénomination des ingrédients, oubliez les produits contenant des E107 etc…

3. L’ordre des ingrédients

L’ordre des ingrédients sur la liste n’est pas anodin.  Le premier ingrédient listé est retrouvé en plus grande quantité dans le produit et le dernier en plus petite quantité. Ainsi, vous pouvez vous demandez si l’ordre des ingrédients est cohérent avec le produit. Par exemple si le sucre est l’un des trois premiers ingrédients dans un bonbon cela n’est pas choquant. Néanmoins si vous le trouvez en troisième place dans un plat préparé à base de pâte et de légumes, cela n’est pas vraiment cohérent, ni en terme de quantité et encore moins en terme d’utilité … Du sucre en 2ème ingrédient dans une sauce tomate toute préparée? Pourquoi ? peut-être pour ôter l’acidité de la tomate ou rééquilibrer une quantité importante de sel ? La qualité du produit est donc remise en question, et pourquoi NE PAS FAIRE SA SAUCE TOMATE MAISON AVEC DES TOMATES UN PEU TROP MÛRIES PAR LE SOLEIL.

4. Faites du tri dans les allégations!

Dernier point, qui n’est pas le plus simple … Les allégations, vous savez toutes ces petites annotations sur les paquets qui vous incite à consommer un plat : «  riches en fibres », « sans sucres », « source de calcium » … Malgré que ces allégations soient très réglementées et qu’elles soient justifiées par la teneur du nutriment dans l’aliment, elles ne certifient pas la qualité d’un produit car en effet un produit « faible en sucres » est généralement très riche en gras …ce qui est souvent le cas dans les barres céréalières. Méfiez-vous et faites preuve de bons sens. Pas de panique on fait le point !

Tout d’abord il est important de faire la différence entre allégations de santé et allégations nutritionnelles.

  • Les allégations de santé

Les allégations de santé font référence aux capacités d’un nutriment d’agir sur la santé. Une allégation santé peut revendiquer la diminution d’un facteur de risque (ex: « les oméga 3 réduisent les risques cardio-vasculaires ») mais elle ne peut pas comporter de mention thérapeutique indiquant que tel nutriment permet la guérison d’une pathologie, car la science en  Nutrition est une médecine douce et préventive .

  • Les différentes allégations nutritionnelles

Une allégation est dite nutritionnelle quand elle fait référence à la teneur d’un nutriment dans un aliment. Elle indique par exemple la mention “riche en calcium” « source de » ou « pauvre en » . Nous n’allons pas détailler toutes les allégations car il en existe un très grand nombre, mais nous allons nous pencher sur celles qui méritent d’être clarifiées.

« Enrichi en ».

Cette allégation apparaît lorsque l’on a rajouté de façon industrielle un nutriment dans un produit, comme l’ajout de vitamines ou de minéraux suite à leur déperdition lors du process ou tout simplement enrichi pour répondre à une mesure de santé publique comme l’iode dans le sel. La teneur est ainsi doublée, mais malheureusement elle est souvent moins bien absorbée et assimilée par l’organisme que les nutriments naturellement présents dans l’aliment.

« Sans sucres », « sans sucres ajoutés », et « allégé en sucres » quelles différences ?

Tenez-vous bien, vous allez voir que toutes ces notions ne se valent pas !

  • Pour qu’un produit soit estampillé «sans sucres», il faut qu’il comporte moins de 0,5 g de sucre pour 100 g. Or quand on parle de sucres on parle des monosaccharides (glucose, fructose) et les disaccharides (saccharose, lactose) mais pas des édulcorants. Ainsi un produit sans sucres à de grande chance de contenir une bonne quantité d’édulcorants comme de l’aspartame ou des polyols (xylitol, sorbitol). Et on le sait, leurs effets sur la santé restent controversés.
  • La mention sans sucre(s) ajouté(s) signifie qu’aucun sucre,  ni édulcorant n’a été ajouté au produit durant la préparation. Le produit contient uniquement le sucre naturellement présent dans les aliments bruts ; c’est donc ce type de produits qu’il faut rechercher, il existe aujourd’hui plusieurs choix de compotes sans sucre ajoutés qui conviennent bien aux enfants !.
  • Un produit allégé en sucres, est un produit qui contient – 30% de sucres comparé à un autre produits similaire. Par exemple une compote classique contient en moyenne 20g de sucres, la version allégée en sucres en contient en moyenne 15g alors que la version sans sucres ajoutés en contient 12g pour 100g. Si on se contentait de ça, ça pourrait être simple. Mais le problème c’est que certains produits allégés en sucres d’une certaine marque contiennent plus de sucres que la version sans allégations d’une autre marque … Oui, oui, on marche sur la tête. D’où l’importance de ne pas se contenter de lire les allégations, mais de bien lire les valeurs nutritionnelles.

« Light » et « allégé »

Il s’agit d’une allégation comparative. Cette allégation positionne le produit par rapport à d’autres produits de même catégorie. Cette mention ne peut être faite que si la réduction de la teneur est d’au moins 30% par rapport à un produit similaire, et le nutriment auquel se réfère l’allégation doit être précisé. Les produits allégés n’ont pas tous leurs intérêts car enlever de la matière d’un produit alimentaire n’est pas sans conséquences, en plus de modifier sa valeur nutritionnelle, ceci modifie sa texture et son goût. Chose que les industriels tenteront de rétablir à coup de texturisant.

 

 

Avec ces informations vous devriez y voir plus clair. Les allégations sont surtout utilisées pour donner envie et faire acheter. Leur inscription n’est pas obligatoire, de ce fait ce n’est pas parce qu’un produit ne possède pas d’allégations que sa teneur en nutriments n’est pas intéressante.

Par conséquent gardez toujours un avis critique sur les emballages ! Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaise marque, chaque produit est différent. Il peut s’avérer que certains produits d’une marque sont très bien et que d’autres produits de la même marque ne soient pas géniaux.

Gardez l’œil, et prenez quelques minutes pour lire les emballages, et surtout les valeurs nutritionnelles, au final ce sont elle les plus fiables, votre corps vous dira merci.

SI toutefois vous recherchez des conseils n’hésitez pas à nous contacter via l’appli MAIA COACH en prenant votre plat en photo , ou produit en photo et vous recevrez des réponses professionnelles de la part de nos coachs.

 

Angélique, Nutritionniste chez Maïa Baudelaire


banniere-blog-2

2 commentaires Ajoutez le votre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *