Edulcorants et santé : est-ce compatible ?

Est parfois envisagée l’utilisation d’édulcorants dans les recettes du quotidien pour plusieurs raisons : un diabète de type 2, un goût prononcé pour les produits sucrés et une difficulté à en diminuer les quantités, ou encore une volonté de perdre du poids en réduisant son total calorique quotidien.

En effet, les édulcorants peuvent être bien pratiques : vous promettant 0 calorie, ils remplacent déjà le sucre blanc ou les sirops de glucose dans de nombreux produits dits 0%  (de sucres), comme les yaourts, boissons, biscuits… Largement utilisés dans l’industrie agroalimentaire, ils sont maintenant disponibles en grandes surfaces.

Beaucoup d’édulcorants existent aujourd’hui, mais nous pouvons les classer en deux catégories, soit les édulcorants de synthèse et les édulcorants naturels.

Le premier groupe est constitué d’édulcorants intenses par leur pouvoir sucrant : l’aspartame, l’acésulfame K (pour potassium), le néotame, le sucralose, la saccharine… Ils ne sont pas tous fabriqués à partir de la même base, ont un pouvoir sucrant sensiblement différent et une teneur en calories différente les uns des autres.

Ce groupe d’édulcorants est particulièrement controversé par les scientifiques, et pour cause : d’après une étude nous venant directement des universités d’Israël et de Singapour*, 6 de ces édulcorants de synthèse seraient à l’origine d’un déséquilibre de notre microbiote (une dysbiose), ces petites bactéries présentes dans nos intestins ayant de nombreuses casquettes, notamment celle de déterminer notre poids, notre appétit, et celle de nous protéger de maladies, chroniques ou non. Les bactéries nous étant indispensables pour être en super forme, nous préférons éviter au maximum de leur porter préjudice et, au contraire, leur apporter toute la nourriture qui leur permet de se maintenir en l’état et même de se développer.

Une autre recherche** ayant étudié l’effet de la consommation d’édulcorants dans des sodas durant la grossesse, publiée en 2010 dans l’American Journal of Clinical Nutrition, aurait constaté des conséquences sur le fœtus : un poids plus faible à la naissance et un risque augmenté de naissance prématurée. Dans le même sens, une consommation quotidienne d’aspartame durant la grossesse et durant la vie augmenterait le risque de cancer***, même lorsque cette consommation correspond aux doses acceptables quotidiennes approuvées par la Food and Drugs Administration (FDA).

Finalement, en consommant des édulcorants, nous ne consommons pas de glucides (contrairement au sucre), donc nous n’apportons aucun nutriment à notre organisme. Or, notre cerveau s’attend, d’après le signal envoyé par nos papilles, à recevoir ce sucre qui n’arrive jamais ! Afin de réagir à cette stimulation sucrée censée faire augmenter le taux de sucre dans le sang (glycémie), il répond en envoyant des hormones qui ont pour rôle de réguler ledit taux, puis envoie un signal se manifestant par le « sugar craving »,  qui vous fait vous jeter sur des produits sucrés. C’est donc une sécrétion d’hormone inutile, entraînant une hypoglycémie (un taux de sucre sanguin trop faible), se manifestant par une sensation de malaise et de fatigue. Ce leurre dû à la consommation d’édulcorant provoque des yo-yo de glycémie qui ne sont pas naturels. C’est pourquoi ils sont à consommer très occasionnellement, et seraient éventuellement plutôt recommandés aux personnes diabétiques suivies par des professionnels de santé afin de réguler au mieux leur glycémie.

Les édulcorants naturels ont-ils les mêmes effets sur notre santé ? Nous y répondrons dans un article ultérieur, afin de vous informer au mieux sur les produits de grande surface pour vous aider à choisir des aliments de qualité. Afin de manger « intelligemment », nous vous proposons un Programme Bikini complet qui vous permettra de perdre du poids tout en vous faisant plaisir, avec des fruits et légumes de saison et des recettes saines pour l’été ! Ainsi, plus de prise de tête pour savoir quoi manger et si cette idée est raisonnable, votre coach diététicienne nutritionniste s’en occupe pour vous, en parallèle de vos consultations téléphoniques permettant un suivi et un soutien sans faille. Jetez un œil à nos programmes, ils sont pris en charge par la plupart des mutuelles !


 

Une question ? Besoin d’être conseillé ?
Contactez votre nutritionniste chez Maïa Baudelaire au :
01 47 36 00 98
(Du lundi au vendredi de 9h à 18h)


*Harpaz, D., Pin Yeo, L., & Cecchini, F. & Al. (2018) Volume 23, Issue 10. Measuring Artificial Sweeteners Toxicity Using a Bioluminescent Bacterial Panel. Molecule.

** Halldorsson TI, Strøm M, Petersen SB, Olsen SF. (2010) Intake of artificially sweetened soft drinks and risk of preterm delivery: a prospective cohort study of 59,334 Danish pregnant women. The American Journal of Clinical Nutrition.

*** Soffritti M, Belpoggi F, Tibaldi E, & Al. (2007) Volume 115, Issue 9. Life-span exposure to low doses of aspartame beginning during prenatal life increases cancer effects in rats. Environ Health Perspect.


Sophie Francoulon, Nutritionniste chez Maïa Baudelaire


banniere-blog-2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *