Manger devant la télé : bonne ou mauvaise idée ?

D’après le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), environ 94% des foyers français possèdent une télévision, pour la plupart dans le salon afin de se divertir pendant les repas. Pourquoi et comment ces habitudes influencent-elles nos repas et notre manière de les consommer ? Temps libre réduit, rapidité du repas, éloignement de nos sensations et de nos choix alimentaires… Tour d’horizon sur les repas devant la télé.

L’exposition visuelle à la nourriture, comme dans les émissions culinaires que nous connaissons bien, aurait un impact très négatif sur les personnes ayant tendance à se restreindre*. Ces émissions leur donneraient en effet envie de manger par pure recherche de plaisir, de manière hédonique. On peut alors facilement comprendre que la télévision, et surtout la vision de nourriture sur l’écran, nous incite à manger quelque chose qui se manifeste par du grignotage : pop corns, biscuits, gâteaux apéritifs, boissons sucrées… Et oui, on se tourne rarement vers une salade de fruits !

La durée de visionnage quotidien aurait alors un lien avec notre poids **: en 2008, des chercheurs ont voulu éclaircir cela. Ils ont constaté, en s’appuyant sur le tour de taille (indicateur important et officiel d’une présence d’obésité ou non) que les hommes et les femmes regardant la télé plus de 3 heures par jour étaient plus souvent en obésité, modérée pour les hommes et sévère pour les femmes, que ceux qui passaient une heure ou moins devant la télé.

La télévision, une distraction dès l’enfance

Dès le plus jeune âge, les enfants accèdent à la distraction qu’est le petit écran, en dehors ou pendant les repas. La télévision est connu pour accaparer notre attention et notre concentration, de par son rythme soutenu accrocheur.

Les enfants sont encore plus perméables que nous aux images et publicités qui y passent, ce qui leur donne, comme nous, envie de manger. Ils s’orientent alors vers des préparations transformées, riches en graisses transformées et riches en sucre, des aliments frits, des bonbons***… De ce fait, ils mangent moins de végétaux et de produits non transformés. Cela, sur du long terme, augmente leur risque d’obésité. Sans oublier leur microbiote malmené par cette alimentation.

En résumé, la télévision nous éloigne de nos sensations en nous empêchant de distinguer la faim de l’envie. On se met donc en mode automatique pour pouvoir se concentrer sur l’écran : on mange plus vite, on s’arrête de manger bien après notre sensation de satiété (qui n’est plus vraiment là), on ne prend pas de plaisir en mangeant…

Chez Maïa Baudelaire, nous faisons en sorte de vous faire retrouver toutes ces sensations. Notre objectif est que vous trouviez ou retrouviez la faim et la satiété, fassiez la différence entre faim et envie, afin de manger ce dont vous avez besoin et quand vous en avez besoin en toute conscience.

Pour cela, dans nos programmes tels que le programme Famille, vous et vos enfants êtes suivie par une diététicienne nutritionniste diplômée d’Etat qui réalise vos menus et vous donne des conseils pour mieux manger. Si vous n’aimez pas cuisiner, pas d’inquiétude : nos recettes seront simples et rapides pour ne pas perdre de temps aux fourneaux. Votre coach en nutrition s’adapte à tout !

N’hésitez pas à y jeter un oeil pour permettre à toute la famille de manger équilibré.


*Alblas, M., Mollen, S., Fransen, M. and van den Putte, B., 2019. Watch what you watch: The effect of exposure to food-related television content on the accessibility of a hedonic eating goal. Appetite, 134, pp.204-211.

**Cleland, V., Schmidt, M., Dwyer, T. and Venn, A., 2008. Television viewing and abdominal obesity in young adults: is the association mediated by food and beverage consumption during viewing time or reduced leisure-time physical activity?. The American Journal of Clinical Nutrition, 87(5), pp.1148-1155.

***Avery, A., Anderson, C. and McCullough, F., 2017. Associations between children’s diet quality and watching television during meal or snack consumption: A systematic review. Maternal & Child Nutrition, 13(4).


Une question ? Besoin d’être conseillé ?
Contactez votre nutritionniste chez Maïa Baudelaire au :
01 47 36 00 98
(Du lundi au vendredi de 9h à 18h)


Sophie Francoulon, Diététicienne-Nutritionniste chez Maïa Baudelaire

Maïa Baudelaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *