Pourquoi faut-il réduire nos apports en sel ?

L’Organisation Mondiale de la santé conseille de consommer 5 g de sel par jour. En France, nous sommes bien au dessus de cela. Et pour cause, le sel, bien que nécessaire à petites doses, devient néfaste lorsqu’il est consommé dans ces quantités. Comment faire ?

Combien de sel consommons nous quotidiennement ?

Les femmes consomment en moyenne 6,7 g de sel et les hommes 8,7 g de sel par jour, uniquement contenu dans les aliments. C’est à dire que cette quantité ne prend pas en compte le sel que vous ajoutez directement dans votre assiette et dans vos eaux de cuisson.

Chez les plus jeunes, de 3 à 17 ans, cette consommation varie entre 5 et 5,9 g par jour, ce qui est considérable.

Notre consommation se trouve donc largement au dessus des recommandations officielles. Et pour cause, notre apport en sel provient majoritairement des aliments transformés  : charcuterie, fromage, mais aussi plats préparés comme les pizzas surgelées, les sauces et condiments, ainsi que les bouillons, soupes et potages du commerce.

Nous en revenons une nouvelle fois aux bienfaits du fait maison, puisque vous devenez la décisionnaire de ce qui se trouvera dans votre plat : quantité de matières grasses, quantités de sel… Vous choisissez et savez ce que vous mangez.

Heureusement, les industriels réduisent les quantités de sel utilisées dans leurs produits. Il devient donc utile de prendre un peu de temps pour lire les étiquettes nutritionnelles  de vos articles afin de choisir ce qui sera le mieux.

Si vous souhaitez bénéficier de conseils personnalisés sur les produits ainsi que la lecture d’étiquettes notamment concernant les produits de vos enfants, notre programme Famille  vous intéressera sûrement. Une diététicienne nutritionniste diplômée d’état vous suivra au fil des semaines pour vous accompagner dans votre démarche de mieux manger, moins salé, pour vous sentir mieux dans votre corps et avec vous même.


Quel est le risque d’une telle consommation de sel ?

Les risques majeurs d’une consommation excessive de sel sont des risques cardiovasculaires, avec une augmentation du risque d’hypertension et de cancer de l’estomac. Cet excès augmenterait aussi le risque d’ostéoporose, en augmentant la fuite de calcium par les urines, l‘empêchant de se fixer sur les os.

Aussi, la forte consommation de sel nuit à nos bactéries intestinales. En déséquilibrant la composition de notre microbiote intestinal, le sel affaiblit notre immunité et augmente alors le risque de maladies auto-immunes.

Comment réduire nos apports en sel ?

Nous vous avions déjà donné quelques astuces pour réduire votre consommation de sel.

Vous y retrouverez notamment l’utilisation d’aromates et d’épices, qui permettent de relever le goût de vos plats sans nécessiter l’ajout de sel !

N’hésitez pas à réaliser vos soupes maison et à les congeler si besoin, nous vous proposons des recettes faciles et rapides pour toute la semaine dans notre programme.

En pâtisserie (si vous pâtissez beaucoup), il est aussi possible d’utiliser de la cannelle, de l’eau de fleur d’oranger ou de rose, ou encore des gousses de vanille. Cela permettra en même temps de réduire le sucre !


Une question ? Besoin d’être conseillé ?
Contactez votre nutritionniste chez Maïa Baudelaire au :
01 47 36 00 98
(Du lundi au vendredi de 9h à 18h)


Sophie Francoulon, Diététicienne-Nutritionniste chez Maïa Baudelaire

Maïa Baudelaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *